Soyez positif, dansez positif

Ahhh la danse!
J’adore cet univers que j’ai découvert par hasard vers 2004.

La danse vous permet :
– de déstresser votre corps en bougeant,
– de vous changer les idées en vous concentrant sur elle,
– de vous tenir en forme en étant actif,
– de vous sentir utile en devenant bénévole, en donnant des conseils, en faisant des démonstrations,
– d’appartenir à un groupe en rencontrant les gens et en sympathisant,
– de prendre confiance en vous en maîtrisant un domaine inconnu,
– de rendre heureux des gens en leur partageant votre passion,
– d’être plus à l’aise avec votre corps et le corps d’autrui,
– d’apprendre à être en contact avec le sexe opposé,
– d’apprendre à être en contact avec l’âge « opposé »,
– d’apprendre à être en contact avec le même sexe que vous,
– de vous immerger dans cette ambiance de partage et de dur labeur autour de votre danse,
– et encore d’innombrables choses…

Il y a bien sûr des choses que l’on pourrait considérer comme négatives car, comme dans toute chose, il y a la part négative :

a – surmener votre corps et le blesser.
b – fuir vos soucis et les nier.
c – devenir incontournable et ne pas tolérer des choses sans vous, inculquer votre savoir, infliger votre opinion.
d – fermer votre groupe et fonctionner en tant que tel.
e – devenir arrogant, penser tout connaître dans ce domaine.
f – obliger les gens à partager votre passion et de vous vexer si ceux-ci ne la partagent pas.
g – utiliser votre corps et celui des autres à vos fins en dépassant les limites.
h – abuser les débutants / les ignorants, les lobotomiser.
i – se plaindre de cette ambiance idéalisée qui n’existe plus et ainsi de la rendre pire
etc etc…

Et vous, vous vous trouvez où ?
Réfléchissez-y 2 secondes et demie avant d’entamer la suite.

Le premier réflexe serait de se dire, mais je ne suis que dans le paragraphe du haut!
Et pourtant on est forcément aussi en bas.
Personnellement, je corresponds à 5 lettres dans le paragraphe du bas, au moins.

J’écris cet article car l’équilibre entre ces deux niveaux est difficile à garder dans la danse mais à dire vrai dans la vie aussi.

Ce que je cherche , c’est la positivité dans la danse, dans ma danse et du coup dans la vôtre.

Je pense que si vous prenez des cours avec moi, c’est aussi un des facteurs importants ; en fait j’en suis sûr car j’ai souvent eu depuis mes 4 années d’enseignements, des plaintes diverses et variés d’élèves choqués, déçus, en colère, froissés.

Qu’est-ce qu’une Danse Positive ?
Qu’est-ce qu’être positif dans un cours, un lieu ?

A mon avis, il y a des tonnes et tonnes de descriptions possibles, avis, contre avis, jugements, etc etc…
Je vais tenter d’y mettre mon avis, ma réflexion, et comme d’habitude, elle m’appartient et ne vous prend pas en otage, je préfère que vous ayez la vôtre plutôt que de dire Alex a dit ça « blablabla ».
J’espère même que vous n’êtes pas d’accord avec moi. 

La danse positive :

– permettrait à votre corps d’évoluer, de se mouvoir en étant respecté, d’accepter ses contraintes articulaires, âges, handicap, d’accepter sa pudeur, son envie de grandeur, son énergie, son manque d’énergie etc etc..
Bref, une danse positive, permet à votre corps de s’exprimer librement en prenant compte de son vécu et de ses possibilités.

– permettrait à votre partenaire de se sentir libre, à l’aise, valorisé, à sa juste place, unique, respecté.
Bref, elle prend en compte l’autre et sa liberté et non pas que vous même et la vôtre.

– permettrait de danser n’importe où, quelle que soit la surface du sol, la place, la chaleur, le monde, la qualité du son.
Bref; elle prend en compte l’environnement, elle écoute, observe et s’adapte sans s’imposer.

– permettrait aux gens autour de sentir cette énergie, ce respect du partenaire, de l’environnement, de la musique, cet amour de votre propre corps et de les faire rêver.
Bref, la danse positive se ressent aussi de l’extérieur.

– permettrait de danser sur n’importe quelle musique, de suivre ses variations, d’imaginer que le DJ qui l’a choisi ne l’a pas fait au hasard, que l’artiste qui la chante et joue y a mis son énergie, que le groupe en train de la jouer est curieux de voir votre interprétation de leur art.
Bref, elle prend en compte la musique sur laquelle elle s’appuie pour danser.

Ainsi, La danse positive est avant tout une danse d’attention, d’observation de soi, des autres, de l’environnement. Etre attentif, devient très dur de nos jours, mais c’est le fait d’être attentif, de se concentrer, de prendre son temps qui vous permet d’en faire une.

Etre positif dans un cours, dans un lieu.

Je pourrai lister des tonnes de choses, mais je vais juste en mettre quelques-unes qui me touchent dernièrement. En tout cas, on retiendra qu’être positif dans un cours, dans un lieu, c’est d’essayer d’avoir une danse positive.

Mais, c’est aussi:

– écouter votre prof quand il s’exprime,
– ne pas donner de conseils gratuits aux autres sauf s’ils vous le demandent,
– savoir dire NON ou STOP, ou LAISSE MOI TRANQUILLE quand quelqu’un abuse dans le cours, la soirée, l’endroit, au lieu de vous taire et de ressasser ensuite puis d’en parler autour de vous et d’influencer les autres.
– ne pas raconter de choses, sans mentionner les Noms : On m’a dit que, On m’a fait ça,On est partant.
– Ne pas avoir d’attentes. Les attentes vous pourrissent la vie.

Au sujet des attentes chez Sals’Heroes

« Je viens parce que Sals’Heroes c’est le partage, l’écoute des autres, chacun à sa place, bonne ambiance, danse avec tous niveaux, pas de jugement, d’exclusions, pas de commentaires déplacés, parce qu’Alex est sympa, parce qu’il est juste, je viens pour danser la salsa, je viens parce qu’il y a un échauffement, je viens parce qu’il se passe toujours un truc etc etc…

Vos attentes auront la vie dures
car Sals’Heroes c’est aussi savoir être égoïste, c’est aussi savoir dire je ne veux pas t’écouter, c’est aussi une mauvaise ambiance de temps en temps, c’est aussi pleins de gens qui jugent, c’est aussi se faire exclure, c’est aussi des commentaires blessants qui sortent, c’est aussi Alex en super connard, c’est aussi Alex totalement injuste, c’est aussi de la bachata, du chacha, c’est aussi pas d’échauffement, c’est aussi des soirée simples etc…

Et c’est normal car Sals’Heroes c’est plein (300 environs) de gens humains, avec des humeurs qui fluctuent, qui essayent de faire de leur mieux mais qui ne sont pas parfaits.

Au sujet des ON.

J’ai remarqué que dans ma vie, chaque fois que j’ai entendu « ON a dit », « On m’a fait », « On pense que… » C’est souvent pour des choses non positives.
« Il faudrait qu’on change ça, il faudrait qu’on améliore l’ambiance, il faudrait qu’on ne me rejette pas. On me laisse seul à chaque fois. »

Quand on (moi, Alex) pose la question, « qui est-ce On ? » Personne ne veut répondre.
« Non je ne souhaite pas polémiquer, j’te dis ça pour que tu le saches etc etc… » j’entends ça souvent, et trop souvent à dire vrai et au lieu d’avoir une réponse simple ; j’ai souvent des explications qui tournent autour du pot, qui prennent 3 plombes ou par écrits de gros paragraphes.

Alors que ça serait tellement simple, un « on » = un nom, et hop on (moi Alex, ou toi la victime) règle l’incompréhension.

Du coup, je n’écoute plus les gens qui ne veulent pas me mentionner ces noms, car soit ils ne le savent pas, soit ils ont mal jugé la situation, soit ils ont peur d’aller confronter une situation pour l’améliorer.
Je veux bien écouter, mais assumez votre part.

A l’école on (le prof, les parents ?) nous apprend à ne pas rapporter. On nous apprend aussi à ne pas envoyer chier les gens. Pourtant je ne suis plus d’accord avec ça. Pour détecter un problème, il faut qu’on ait une réaction directe en face. Ainsi, sourire alors qu’on est vexé, ne rien dire alors qu’on a envie de dire « dégage », va avoir l’effet « parle dans le dos » « boule de neige » « téléphone arabe » … qu’On (moi Alex) déteste tant.
Si la personne soûle et que vous lui dites Stop, elle va comprendre qu’il y a un problème. Soit elle le prend mal (souvent) et s’en va. Soit elle réfléchit (souvent c’est plus tard) et s’ajuste. Soit elle vous frappe (haha ). Mais dans tous les cas, après vous n’avez plus besoin de dire à tout le monde autour de vous que la personne soûle à chaque fois. Pourquoi ? Parce que vous avez donné l’info. Et tant qu’à faire à la bonne personne.

 

Bien sûr tout ce qui est mentionné là est très très dur à mettre en place. Personnellement j’essaye, et j’échoue souvent. Mais mon objectif perso est d’arriver à aller vers une danse positive et un esprit positif.

Mais bon, j’suis juste un prof de salsa hun ; )

Voilà de quoi philosopher en ce mardi après-midi, de quoi digérer, de quoi se vexer, de quoi réfléchir un peu. Bref, de bouger dans sa tête. Et la bonne nouvelle c’est que ça se travaille petit à petit dans la tête et dans le corps.

N’hésitez pas à commenter sur le site plutôt que sur FB ça limitera l’effet émeute, avec prises de tête à l’appui sur le fil d’actualité.

A bientôt pour une danse positive. Et venez danser simplement sans attentes.
Alex

ps: merci pour l’inspiration de cet article à mes 10 années de rencontres et surtout aux 5 derniers « On » qui m’ont motivé à l’écrire.