Je suis nul en Salsa

Je suis vraiment trop nul en salsa…

Voilà une phrase qui vous a surement tous et toutes à un moment donné traversée l’esprit.
« Rien ne va, le cours est trop rapide, je ne comprends pas le guidage du mec, la fille va pas là où je le veux.
J’ai loupé 2 séances, c’est mort, je suis largué. Le prof est sévère. Il va pas me louper.
On m’invite pas en soirée, j’ose pas inviter les filles, les mecs, les autres sont meilleurs que moi,
ils dansent trop bien en soirée, même avec deux mojitos ça passe pas, je viens d’avoir un râteau allez j’arrête etc etc.. »

Et ouaip, on a du tous passer par là, à un moment donné.

Bon, ok . Je suis extrêmement nul en salsa et maintenant que le monde entier le sait que faire?

0 Arrêter la danse.

Et oui, facile de stopper, de se saboter en ratant un cours ou deux. Si vous avez le sentiment d’être mauvais, arrêter est la solution. Enfin,c’est la solution de votre égo qui ne supporte pas de galérer. Parce que, quand même, le pire, c’est que vous avez fait le plus dur, reste plus qu’a continuer en vrai. Bref, vouas avez compris arrêter c’est l’erreur! Sauf si vraiment, au fond tu n’es pas plus motivé que ça, de danser la salsa.

1 Changer de profs et ou d’école.

En effet, il y a une chance pour que la pédagogie du prof ou de l’école ne vous corresponde pas. Etre bon danseur ne veut pas dire être bon prof. Alors, si vraiment vous souhaitez arrêter, essayez d’abord une autre école. Les cours ont tous des vitesses différentes, des approches différentes, des énergies différentes. Arrêter la salsa après n’avoir vu qu’un cours est une erreur classique. J’en connais des gens qui allaient arrêter de danser et que j’ai repêché tout juste et maintenant ils dansent encore. Et ça c’est vraiment important.

2 Prendre des cours particuliers

Là ça devient intéressant. Le cours particulier pour rattraper le retard (si on a les finances) est une bonne solution aussi. En effet, un cours particulier équivaut, en fonction des gens, à 3 à 4 cours normaux. Mais, avec la précision et la présence d’un enseignant entièrement concentré sur vous pendant 1h. Ca change beaucoup de choses.

3 Faire des soirées

Alors c’est un peu masochiste, je vous l’avoue, mais se donner un coup de pratique, peut vous sauver, encore faut il avoir le caractère qui va avec. Car forcément quand on galère on veut se cacher quelque part plutôt que de tenter la pratique en soirée. Souvent dans les cours vous n’avez pas assez de temps pour pratiquer. Du coup vous avez la plupart du temps des cour de salsa théoriques et non pratiques. Ceci est une des raisons à votre galère.

4 Accepter d’être mauvais.

Si je suis prof en ce moment même, si je danse encore maintenant, c’est que quand j’ai commencé, j’ai accepté le fait d’être « mauvais », et ça… Même si vous ne me croyez pas, c’était une révolution pour moi. Accepter d’être « nul » dans une activité et pas me cacher de honte. On est débutant, on a le droit de râter, de merder, de pas aller à la même vitesse que les autres. Expérimenter l’erreur et voir que le monde ne s’éffondre pas c’est vraiment libérateur. Donc oui, on à le droit de faire son cours de salsa régulièrement et d’y être « mauvais ». Et c’est le taff du prof de tenter de corriger ça. (c’est qui « on » ? )

5 Redescendre d’un niveau, ou redoubler l’année suivante.

Ah l’école… La honte de redoubler , bouuuuuh! Redoubler est mal vu  en général pour plusieurs raisons. On voit ses amis changer de niveau et du coup on se retrouve dans une section sans connaître les gens (mais ça je vous rassure, ça ne dure que deux mois maximum).  On doit se faire une raison et se dire qu’on avance pas à la même vitesse que les autres. Et donc accepter d’être « mauvais ». Je vais le répéter mais mes meilleurs danseurs, danseuses sont ceux et celles qui ont redoublé.

Pourquoi?

Revoir des mouvements connus permet de vérifier s’ils sont justes et de les revoir sur un rythme lent sans être débordé. Cela permet de les refaire encore et encore pour les ancrer dans le corps. Cela permet de gagner confiance en sois (et ça c’est ce qui manque à ceux qui veulent arrêter en général) en refaisant des mouvements connus, avec un prof connus , dans un endroit connus avec une pédagogie connue. Cela permet de commencer la salsa en étant expérimenté et pas « mauvais ». Cela permet de rigoler et on apprend mieux en rigolant. Cela permet de voir que le prof s’est améliorer dans l’enseignement d’une technique en une année et donc d’apprendre mieux.

6 Regarder les autres danses,

Si ça se trouve la salsa n’est pas dans votre style. Il y a différentes salsas, il y a aussi du rock, du west coast, la danse orientale, la danse africaine, le bollywood, la bachata, la kizomba etc etc.. Si déjà vous avez eu le courage de tenter la danse, alors fouillez un peu vous trouverez votre bonheur.

Cet article a pour but, de rassurer ceux qui galèrent, de donner quelques solutions et surtout de vous dire que peu importe où vous dansez, avec qui, tant que vous dansez. Réveillez le danseur qui sommeille en vous ça peut prendre un peu de temps.
Et être « mauvais » n’est pas le bon terme. C’est juste être différent dans l’apprentissage par rapport à la masse de gens.

Donc voilà 6 raisons de ne pas arrêter de danser la salsa. Et cela marche pour les autres danses et les autres activités. Avoir mis les pieds dans un cours de danse c’était ça le plus dur.